vendredi 28 octobre 2011

maison de poupée


L'escalier grimpé
qui tourne tourne
quatre à quatre


Orléans, le centre ancien, rue Saint Eloi

17 commentaires:

  1. escalier, en parure jolie
    jeux de lignes et de tons
    jeux de formes et balustres
    une maison qui parle
    la langue drue du 16ème

    RépondreSupprimer
  2. Très joli.
    Dans les colombages j'entends les colombes et Colombine.

    RépondreSupprimer
  3. Ô ! Beau

    aux fenêtres j'entrevois de belles dames de jadis comme des esquisses
    http://pages.infinit.net/folken/medieval/images/15sieclefemme.gif

    RépondreSupprimer
  4. Après les colombines et colombes dans les colombages je ne sais plus quoi dire. Ah si, beau !

    RépondreSupprimer
  5. Une magnifique façade en chiffre romains

    RépondreSupprimer
  6. Ibsen en son domaine, une scène qui ne dépare pas
    pas du Alvar Altô, mais ces bois, nordiques ou pas, lèvent une belle flamme.

    RépondreSupprimer
  7. Heureuse d'aller bientôt retrouver ces belles demeures et peut-être les voir sous un jour un "tantinet" différent-;)

    RépondreSupprimer
  8. Jolie trouvaille que cette maison : on croirait un escalier en trompe l'oeil !
    Mais où est la poupée ?

    Biseeeeeeeeeeees de Christineeeeeee

    RépondreSupprimer
  9. Belle maison.
    Mais à mon avis, les fenêtres avec des petits carreaux imitation vitrail dans des châssis blancs ne vont pas du tout avec l'allure médiévale de cette façade.
    Des montants et des cadres bruns auraient été plus adaptés.

    RépondreSupprimer
  10. http://www.youtube.com/watch?v=87g34eZoAuQ

    RépondreSupprimer
  11. les murs parlent avec le bois ...

    RépondreSupprimer
  12. La poupée est là -haut toute mignonne
    L'oeil se perd quatre à quatre

    RépondreSupprimer
  13. > Brigetoun, comme si l'escalier fut d'abord extérieur.

    > Arlaquin, j'aurais plutôt attendu Arlequine que Colombine de ta part.

    > Mémoire du silence, pour un décor de cinéma. Toi, la costumière.

    > Fardoise, un beau travail de charpentier, tout en finesse.

    > Gérard, une interprétation toute personnelle que ta page de chiffres romains pour cette façade.

    > Thierry, une maison pour une alouette ou un petit écureuil, rôle souvent dévolu traditionnellement à l'épouse dans les ménages, au temps d'Ibsen mais qui perdure...

    > Monique, de passage en cette ville prochainement ? Tous les regards sont possibles. Orléans ville ouverte.

    > Christineeeee, où est la poupée ? Mais bien évidemment dans l'escalier. Ne l'entends-tu pas chanter ?

    > Tilia, il y a tant d'ouvertures que chacun y a mis sa patte. L'uniformité crée l'ennui.

    > Mémoire du silence,

    La roine Blanche comme un lis
    Qui chantait à voix de sirène,
    Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
    Haramburgis qui tint le Maine,
    Et Jeanne, la bonne Lorraine
    Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
    Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
    Mais où sont les neiges d'antan ?

    François Villon, chanté par Brassens.

    Merci, Maria.

    > Pat, c'est beau un colombage, si ouvragé, si pieusement conservé comme ici.

    > Arlettart, une poupée pomponnée comme sa maison du temps jadis.

    RépondreSupprimer
  14. Comme Christineeeee, j'ai cru à un trompe-l'oeil ...
    Impression que la poupée n'a pas eu sa maison d'un seul tenant en une seule fois, ou bien a-t-elle voulu faire des changements en l'adaptant à son envie ?

    RépondreSupprimer
  15. > Midolu, c'est bien l'impression que j'ai eu également l'apercevant de loin. Un bricolage invraisemblable ...

    > Maïté/Aliénor, et passé le premier moment de surprise, on se prend à l'aimer, un peu comme un joujou bandonné et que l'on retrouve.

    RépondreSupprimer
  16. IL est heureux que des maisons comme celle-ci aient pu être préservées au hasard du temps.

    Une belle photo permet aussi cette sauvegarde...

    RépondreSupprimer