samedi 24 janvier 2015

auprès de mon arbre







Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m'éloigner de mon arbre...
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux...





mercredi 21 janvier 2015

les nuits





     " Chacun porte en lui sa nuit intérieure. Son secret, ses abîmes, aux autres cachés." 

     " Il existe peu de personnes avec lesquelles on puisse partager sa nuit. Par habitude, l'on offre aux autres son jour. Par pudeur aussi. " 

     " À qui confier ses nuits ? "

     " Pourquoi redoutons-nous tant notre part animale ? Alors qu'il faudrait passer ses nuits à l'apprivoiser... "

Ingrid Astier, Petit éloge de la nuit, Éditions Gallimard, 2014.



dimanche 18 janvier 2015

Noir et blanc





     " Pour Montaigne, nous sommes une « carte blanche », des êtres en butte au vertige. Notre mesure est l'apparence, la vérité n'étant pas à notre portée. « Toute humaine nature est toujours au milieu entre le naistre et le mourir, ne baillant de soi qu'une obscure apparence et ombre, et une incertaine et débile opinion. » Notre devoir d'homme est de bâtir sur le rien.

     Soit. Faisons avec nous-mêmes. Mais faisons-le au mieux.

     Céder aux ténèbres est aussi dangereux que croire détenir l'éclair de la vérité."

Petit éloge de la nuit. Ingrid Astier, Éditions Gallimard, 2014. 



vendredi 16 janvier 2015

Eaux dormantes




" Je m'asseyais toujours  à la table la plus retirée. Et j'attendais. J'étais quelqu'un qui s'arrête au bord d'un étang et laisse son regard s'accommoder à la pénombre avant de voir toute l'agitation des eaux dormantes. "

Patrick Modiano, Accident nocturne, Éditions Gallimard, 2003, p 97.



mardi 6 janvier 2015

Solstice






            Est-ce parce que le ciel est clair? Tu te rends soudainement  compte - une impression - que le jour s'étire ce soir pour la première fois, s'allonge, cinq heures passées. Tout simplement parce que nous venons de doubler le cap du solstice  d'hiver. Déjà joyeusement placés sur la bonne pente qui remonte. La bonne orbite.





mardi 23 décembre 2014

Lumière d'automne.






             " Préambule météorologique : cette semaine s'est déroulée de bout en bout (et nous ne sommes que jeudi après-midi) sur le mode extatique du sublime. Une extase douce, lente, intime, ensoleillée. Une lumière  élégiaque, murmurée, incarnée, amoureuse. Ceux qui sont sensibles aux résonances métaphysiques de cette saison m'auront compris. Une lumière dont on éprouve la sensation qu'elle vous enrobe en nous parlant. Une lumière qui vous concerne, qui vous implique, qui vous accepte, qui vous inclut. Qui n'est plus un phénomène extérieur et distant, indifférent et infini, insignifiant et inhumain, qui fige le monde comme une ampoule dans sa réalité simpliste. Mais présence. Mais matière. Mais proximité. Mais intimité. La lumière a l'air proche, générée à notre échelle, tout près de nous, tout près des choses. Elle n'est plus céleste mais terrestre. Elle n'est plus cosmique mais humaine. Elle a l'air d'énumérer les monuments, les silhouettes, les branches des arbres, les toitures des immeubles. Elle circule entre les choses comme de l'eau aérienne, colorée, mélodieuse. "

Éric Reinhardt, Cendrillon,Éditions Stock, 2007.