dimanche 18 septembre 2016

Patrimoine

Journées européennes du patrimoine
16 & 17 septembre 2016

Journées du Patrimoine 2016
Deux lieux de mémoire en un seul :
l'ancien couvent des Minimes
les Archives du département.
...Afficher la suite


https://www.facebook.com/Jeandler-1377469115903981/


mardi 6 septembre 2016

Petite esquisse pour l'histoire d'une place : le Martroi


     Le Martroi - ou Martray - du latin martyretum, lieu de supplice.

     Le Vieux Martroi ou Martroi Saint-Sulpice, du nom d'un ancienne église aujourd'hui disparue, servait de cimetière( d'origine gallo-romaine) attenant. Situé en dehors de la première enceinte de la ville c'est-à-dire un peu plus au sud de la place actuelle, il est inclus dans la ville lors de l'édification de la seconde enceinte, comportant notamment la Porte Bannier (première mention en 1221, détruite en 1755) et bientôt désaffecté. Un espace se dessine alors qui tient lieu de Marché au Blé (commercialisation des blés de la Beauce voisine) : c'est le Martroi aux Bleds sous le nom de Place Saint-Sulpice




     Au XVIè siècle, la ville s'étant dotée d'une quatrième enceinte englobant la petite Place Saint-Sulpice, celle-ci est abandonnée (en 1517) et le Marché au Blé reporté plus au Nord, à l'emplacement connu sous le nom de Nouveau Martroi.

     Au XVIIè siècle, la construction d'un  pont sur la Loire en remplacement du pont médiéval devenu vétuste et le percement d'un axe Sud-Nord (nouveau cardo de la ville) qui deviendra  l'ébauche de la Rue Royale, oblige à modifier la place et de l'intégrer dans un projet de Place Royale. De ce projet, seule la Chancellerie témoignera de ce nouveau dessein (1754). La Bourse du Commerce, bâtie sur le même modèle, ne verra le jour qu'un bon siècle plus tard (1863).





     Au XIXè siècle, l'ouverture d'un nouvel axe face à la Gare nouvellement implantée, de la Rue de la République, débouchant sur la place, entraîne la réalisation des deux Rotondes qui l'encadrent dorénavant. Une première statue de Jeanne d'Arc (de à Gois, en 1804) y est édifiée, à l'Est, et remplacée en son centre  par celle équestre de Foyatier, en 1855.




     Durement éprouvée par les bombes et le feu en 1940 et 1944, elle a été rapidement reconstruite à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Traversée par la première ligne de tramway dans sa partie Ouest (en 2000), elle était devenue un lieu piétonnier au cours des années 1987-1988.

Lieu emblématique des manifestations de la ville, un marché des Livres Anciens s'y tient chaque vendredi ainsi qu'un marché animé par les producteurs locaux en soirée.

Documents : 1.La place, côté Ouest; 2.Vestiges de la Porte Bannier, en sous-sol; 3.La rue Royale; 4.La Chancellerie; 5.La rue Bannier, la Rotonde et entrée de la rue de la République.

© jeandler pour le texte et les images

Annexe : plan de Perdoux, 1773 (détail)



    

mardi 21 juin 2016

Dérive des continents







Sur l'esplanade du Musée d'Orsay

les six continents

selon l'Exposition Universelle de 1878



L'Europe, au premier plan
puis  l'Asie, l'Afrique, l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud 
et tout au bout l'Océanie.

Primitivement ces statues furent installées 
pour l'Exposition
sur la terrasse du Trocadéro
au-dessus de la cascade jusqu'en 1935,
date de la mise en chantier de l'actuel Palais de Chaillot.

Elles furent ensuite transférées à Nantes où elles restèrent jusqu'en  1985
face à la mer
pour finir enfin de se caler en toute quiétude
en  bordure de  Seine 
mais rive gauche
sur l'esplanade du Musée d'O.



On notera par ce raccourci géographique 
de l'organisation du Monde selon le XIXème siècle
l'absence de l'Australie
ou l'inexistence de l'Amérique Centrale.

Wegener, de ces tribulations,
a dû sourire  dans sa tombe
Bien que né seulement en 1880 
soit deux ans plus tard que ces fières allégories
le chercheur a-t-il trouvé sur les bords de Seine son inspiration?

Leur destin fut d'illustrer bien malgré elles la célèbre théorie
de la dérive des continents.


lundi 13 juin 2016

Le temps des examens venu...



Square Paul-Painlevé
méditatif comme il se doit
portant humblement son collier de l'ordre de Saint-Michel




notre Maître en scepticisme
un sourire ironique aux lèvres 
se tient face à la Sorbonne




Statufié, à l'origine par Paul Landowski (1896-1961)
en marbre blanc
l'auteur des Essais trône ici en majesté 
depuis que l'œuvre fut  offerte à la ville en 1934

"Paris a mon cœur dès mon enfance..."




Avant d'aller composer pour un examen, 
les candidats se doivent de poser leur main 
sur la chaussure du pied droit 
du saint homme !
Elle porterait bonheur !

Au fait, notre philosophe ne serait-il pas plutôt Collège de France que Sorbonnard ?










lundi 30 mai 2016

La maison du Centaure...


La maison du Centaure
à la proue de l'Île
le flot fendu



" Il m'arrive souvent, le soir, de m'attarder sur le petit parvis, à la pointe occidentale de l'île, devant la maison dite du Centaure, qui doit son nom aux deux médaillons sculptés, sur les pans coupés de sa façade, et qui illustrent le combat d'Hercule conte le centaure Nessus. Je me souviens que chaque année, jusque dans les années 1950 et 1960, au 14 juillet, un bal y était organisé par la cellule locale du parti communiste. Des lampions couraient d'un réverbère à l'autre..."

Frédéric Vitoux, Au rendez-vous des mariniers, Librairie Arthème Fayard, 2016, p 216

Aujourd'hui, place Louis Aragon.