samedi 21 juillet 2012

" La Loire en son miroir "



Trente photos attendues

neuf à l'arrivée

la ville fort pingre





Orléans, quai du Châtelet, expo " Au nom de la Loire ", photographies de Catherine et Bernard Desjeux, du 16 juillet au 15 août.

26 commentaires:

  1. La Loire à côté de la Loire.
    Je préfère regarder la Loire que la Loire...
    Il faudrait mettre la Loire à côté de la Seine.
    Mais j'entends un fantôme rire :
    « Pfffrrr... c'est pas la Loire, hé... c'est la Seine ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Michel, une histoire à la Coluche

      C'est l'histoire d'un mec...
      Vous la connaissez ? Non ? Oui ? Non, parce que si...
      Non... parce que des fois y a des mecs... bon... ah oui... Parce que y a des mecs...

      Mais c'est l'histoire d'un mec qui est sur le pont de l'Alma...

      Oui, alors parce que le mec y lui dit "j'suis emmerdé parce que j'ai laissé tomber mes lunettes dans la Loire"...

      Alors l'autre y lui dit "Ho... hé... c'est pas la Loire, c'est la Seine, hé"...

      Supprimer
  2. c'est peut être la crème... fort belle la première (ta photo d'elle et de l'entour encore plus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Brigitte, la première, la Loire débordant sur la route à Saint-Benoît-sur-Loire

      Supprimer
  3. Qu'importe le côté quelque peu radin du nombre de photos, l'opulence coule sous nos yeux, la Loire romantique, généreuse, exubérante parfois, douce et tranquille, surprenante à toutes les heures du jour, voir même de la nuit, cette grande reine aux couleurs et aux effets de lumières incomparables ne rivalisera jamais avec tous les clichés fussent-ils les plus extraordinaires, elle est à elle seule un tableau vivant d'une beauté sans égal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, à l'annonce de cette exposition donnée comme "grandiose" avec 30 posters sur le quai au milieu de ces platanes, je me suis fait des idées vite remises à leur humble place, débarqué sur le quai le premier : le dernier panneau se mettant en place.

      Supprimer
  4. en terroir de loire, jeux de miroirs ou de tiroirs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > JEA, une belle idée...
      avec des lectures de Genevoix

      " "Au nom de la Loire, hommage à Maurice Genevoix" sur les bords de la Loire, quai du Chatelet, Orléans exposition géante. Lecture par Catherine Gautier de textes de Maurice Genevoix, Bernard Proureau, Jean-Claude Demaure, Bernard Desjeux...Mercredi 18 juillet 2012 à 15h Sur le ponton des quais de Loire à Orléans -45- Entrée libre Exposition présentée par la ville d’Orléans jusqu’au 15 août 2012 (jour de la 2ème représentation de cette lecture)

      Supprimer
  5. De belles nuances bleues...
    Douce soirée Pierre
    Bisous bleus
    Gisèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Rêveuse bleue, de tous les bleus mais la Loire, elle, n'a pas encore mis ses reflets bleus, le ciel de cet été bien trop fantasque.

      Supprimer
  6. Mais où sont donc passées les autres ?
    Dommage, les expos en plein air et en grand format sont en général très appréciées du public.
    Mais peut-être vaut-il mieux PEU ET DE QUALITÉ que BEAUCOUP ET MÉDIOCRE !
    en espérant... BEAUCOUP ET DE QUALITÉ !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Christineeeee, les autres, ils sont restés dans les cintres ou dans les cartons. Je pense que nous sommes-ici devant un prodigieux raté, la ville qui veut tant animer les quais en faisant venir la foule... Ce sera pour la prochaine fois.

      Supprimer
  7. Brillante idée d'exposer ces photos à côté de l'original.
    Une incitation à la promenade pour ceux qui sont trop porté sur la culture et pas assez sur la nature. Un truc pour les faire marcher ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Tilia, une belle idée, un face à face attendu sur plus d'un kilomètre de distance...

      Supprimer
  8. " Miroir, Ô mon miroir… Dis moi qui est la plus belle ? "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Mémoire du silence, ce n'est pas une ou deux images que tu manques cette fois mais 21 et nous avec toi ! En conséquence, il sera difficile de donner un prix de beauté. Se retourner, la Loire est là, sous nos yeux.

      Supprimer
  9. Des représentations, des interprétations, " sur site " ... Des vues parallèles, des regards différents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Midolu, " ... je laisse à contempler, comme je l'ai fait sans épuiser ma joie, les belles images ici rassemblées. Ce sont celles d'un beau fleuve dont les encyclopédies d'aujourd'hui précisent à juste titre qu'il est le " moins utile de nos cours d'eau ". Ce n'est qu'un miroir d'eau en effet, offert aux jeux de lumière, et qui prête au décours des saisons, au vol des nuées, au reflet d'une étoile vespérale des prestiges toujours neufs et toujours miraculeux ... "

      (Maurice Genevoix, extrait de l'article "La Loire en son miroir", écrit sur les photographies de Catherine et Bernard Desjeux, Grands Reportages, janvier 1980)

      Supprimer
  10. Il te reste à nous faire voir les autres ! Si tu le veux bien !
    Je te suivrais volontiers en bord de Loire...
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Enitram, je photographie la Loire depuis longtemps mais je ne saurais confronter mes "œuvres" à ces magnifiques photographies de Catherine et Bernard Desjeux qui glorifient le fleuve de sa source à son embouchure.

      Supprimer
  11. Réponses
    1. > Gérard, plus que maigre, c'est minable !

      Supprimer
  12. L'idée paraissait bonne ... un essai peut -être à transformer ?
    Suis sûre que l'année prochaine cela sera irréprochable

    RépondreSupprimer
  13. > Arlettart, une excellente idée à mon avis. Toutes les expos de ce genre que j'ai pu voir (aux grilles du Luxembourg, à Sceaux, dans le parc, etc.) attirent les foules attentives... Une belle manière pour Orléans de dynamiser les quais de Loire. Mais, c'est raté pour cette année. Il n'y a qu'au rugby que l'on transforme les essais.

    RépondreSupprimer
  14. > Maïté/Aliénor, le professeur porterait en marge " Peut mieux faire ". Peut-être pour l'année prochaine , l'amélioration. En attendant, il faudra redoubler.

    RépondreSupprimer