lundi 14 décembre 2015

havre de paix



Au creux de mon épaule

le vent apaisé

vient se réfugier










14 commentaires:

  1. "Auprès de mon arbre.... je vivais heureux...." Avec notre ami Brassens
    pour cette note d'espoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " J'aurais jamais dû m'éloigner de mon arbre...
      Auprès de mon arbre,
      Je vivais heureux,
      J'aurais jamais dû le quitter des yeux... "

      Supprimer
  2. Refuge en la nature, indispensable ressource...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nature a autant besoin de nous que nous d'elle.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. S'arrêter sur le chemin, respirer profondément, regarder autour de soi, écouter le vent, sourire aussi à la rencontre. C'est cela vivre !

      Supprimer
  4. Heureuse coïncidence, hier je regardais le bouleau planté au coin de notre résidence. Vue de loin, sa ramure fait comme un brouillard grisâtre sur lequel se détache les pièces d'or des quelques feuilles qui s'y accrochent encore.

    J'aime beaucoup l'idée du vent fatigué de souffler, venant se reposer entre les branches du bouleau. Merci, Jeandler, pour cette belle image.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écorce en attente de la neige, les feuilles frileuses.Le bouleau, un phare lumineux dans l'hiver.

      Supprimer
  5. Les oiseaux se cachent et s'endorment sous la caresse du vent Veillent encore les feuilles -soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les jardins sont un paradis pour les oiseaux, à la ville comme à la campagne. Mais qui aime encore les oiseaux aujourd'hui pour leur offrir un havre ?

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Merci Mémoire du silence; à toi de même une belle fin d'année pour préparer la nouvelle.

      Supprimer
  7. Au creux de ton épaule, il y a le vent, au creux du vent, toutes les confidences du monde et cela fait une bien belle musique. Belles fêtes de fin d'année.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vent, ce grand bavard. Le souffle de la planète...
      Rabelais y entendait des paroles gelées.

      Bonnes fêtes de fin d'année, ami.

      Supprimer