vendredi 7 septembre 2012

arcades 4



La rue

à l'image de la rue parisienne 

de Rivoli

à l'abri du soleil ou de la pluie

selon la saison 



16 commentaires:

  1. Réponses
    1. > Françoise Dumon, altères, et cependant on ne peut plus simples.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. > Michel, un problème de projection, en effet. En considérant l'heure au soleil, calculez l'angle que fait au sol l'ombre au pied de chaque pilier.

      Supprimer
  3. zut, aujourd'hui je dois courir - ne pourrai flâner d'arcature en arcature

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Brigitte Celerier, il y fait d'autant bon flâner que c'est la rue où les commerces sont les plus beaux...

      Supprimer
  4. J'adore ces effets de perspective agrémentés d'ombres et de lumières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Pastelle, ce ne fut pas toujours le cas. À l'origine, les arcades étaient aveugles, les devantures des magasins arrivant jusqu'à la rue.

      Supprimer
  5. Belle géométrie, Avignon me l'a ôté de la bouche !
    Entre Vasarely et Buren

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Tilia, une double géométrie puisque contrairement à la rue de Rivoli parisienne qui ne possède des arcades que d'un côté, ici la Rue Royale est bordée d'arcades côté pair et côté impair.

      Supprimer
  6. l'image de la rue parisienne
    est dans une nuit épaisse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Mémoire du silence, presqu'entièrement rasée par les bombardements de 1940, elle a été reconstruite à l'identique au sortir de la guerre. C'est à ce moment qu'il a été décidé d'ouvrir les arcades et de créer le passage à couvert en reculant les devantures des magasins. Toutes les façades sont classées. Elle se trouve dans le prolongement du Pont George V longtemps appelé Pont Royal en l'honneur de Louis XV qui en avait décidé la construction.

      Supprimer
  7. Altière dit Françoise Dumon j'aime beaucoup ce mot trop peu souvent employé, j'aime cette rue et ses arcades en enfilade, j'aime la lumière qui joue à cache cache entre les piliers, j'aime ce point de fuite qui vous entraîne loin là bas au bout je ne sais où dans cette rue de la ville rideaux encore baissés au petit matin d'un jour où sans aucun doute vous prenez plaisir à vous balader et immortaliser ces belles images pour notre plus grand plaisir
    entre lignes et lumière entre architectures et découvertes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, une perspective voulue par édit royal dans le prolongement du Pont (autorisation donnée par l'édit du 21 mars 1752). La construction dure de 1754 à 1756. Elle n'est seulement pavée qu'en 1760. À la Révolution, la rue fut rebaptisée en "rue de l'Égalité ". Of course !

      C'est à toute heure qu'il faut aller par les rues pour bien connaître une ville. Bien que le vieux centre soit magnifiquement illuminé tard le soir, je n'y suis pas encore allé m'y perdre...

      Supprimer
  8. Deux ombres-silhouettes se sont glissées sous les arcades, pour un tête-à-tête ... La galerie n'est pas très fréquentée, elles ne seront pas dérangées.

    Ombres de panneaux indicateurs, ou de feux de signalisation, ... ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Midolu, ombres des feux tricolores de circulation. Un peu complexe, en cet endroit, le mitan de la rue étant réservé au tramway... Pour la fréquentation, nous sommes en tout début de la matinée et au début, côté Loire, de la rue.

      Supprimer