jeudi 4 décembre 2014

les vieux chênes




"L'hiver, les chênes lourds et vieux, les chênes tors,
Geignant sous la tempête et projetant leurs branches
Comme de grands bras qui veulent fuir leur corps,
Mais que tragiquement la chair retient aux hanches,

Semblent de maux obscurs les mornes recéleurs;
Car l'âme des pays du Nord, sombre et sauvage,
Habite et clame en eux ses nocturnes douleurs
Et tord ses désespoirs d'automne en leur branchage.
(...)

Émile Verhaeren






12 commentaires:

  1. éloquents (et parés de dentelle raffinée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nus et à croquer. Ah, si je savais dessiner !

      Supprimer
  2. Les chenes ne m'ont jamais paru vieux, j'aime leur ecorce et rien que de s'y adosser redonne de l'energie lorsque celle-ci vient a manquer.
    Et comme toi "Ah, si je savais dessiner !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À défaut de dessiner, tenter quelques photographies.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Nus pour une chorégraphie sur fond de ciel mitigé.

      Supprimer
  4. Comme vous j'aime les arbres et leur beauté me fascine, il se passe quelque chose entre eux et les hommes ; c'est pour moi quelque chose d' évident....

    Quand le soleil habille les arbres d'or
    Ils redressent la tête et se laissent admirer
    D'arbres viriles ils deviennent dentelles raffinées
    Fractales merveilleuses dans le ciel d'automne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque printemps, une réitération se dessine pour un nouvel embranchement.

      Supprimer
  5. C'est dans la nature des chênes d'être tourmentés. Les grands chênes des nos forêts n'ont pas une branche droite, même leur tronc n'est pas vraiment rectiligne. Ils me font penser à de vieux savants discutant entre eux de choses incompréhensibles pour le commun des mortels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quelle majesté dans un vieux chêne isolé surpris au détour d'un chemin ou d'une route, tout d'équilibre, façonné par le vent !

      Supprimer
  6. Ecriture mystérieuse que le poète déchiffre en levant les yeux de ses grimoires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les arbres sont sans pudeur. Heureux ou malheureux en leur corps d'arbres et le montrant. Ils sont ainsi dans toute la pureté de leur être.

      Supprimer