mercredi 30 novembre 2011

passé composé


Deux façades sauvegardées

par hasard rapprochées

mauvais décor de théâtre


la maison de la Pomme



la Maison Sancier

La face sauve

pour une histoire recomposée



Orléans, centre ancien, square Abbé Desnoyers

13 commentaires:

  1. pas si mauvais décor de théâtre
    et réalité
    furent-elles déplacées pour qu'on parle de hasard
    ou coexistent-elles ainsi
    depuis des siècles
    j'aime bien la petite et très solennelle maison Sancier ouvrant sur un palais absent

    RépondreSupprimer
  2. > Brigetoun, presque un siècle d'écart entre les deux façades. L'une, la Sancier, a été déplacée en 1931 et l'autre, à l'enseigne de la Pomme, en 1923 !
    Le Cabinet de la Maison Sancier lui-même a été remanié et les ornements ont été ajoutés pour commémorer le passage de Henri IV en cette ville en 1601 comme en témoigne le médaillon sculpté.

    > Maria-D, passé composé et recomposé mais idée loin d'être plusque-parfaite. A mon avis.

    RépondreSupprimer
  3. Encore une belle note , j'y reviens tout à l'heure !

    RépondreSupprimer
  4. > Pat, prends ton temps, mon ami, bien que baladeuses ces façades sont maintenant là pour un bon moment.

    > Michel, les éléments pris séparément ne manquent pas de charme mais c'est leur juxtaposition qui moi me choque. Des éléments pour un musée en plein air, peut-être... Je me suis toujours demandé s'il y avait une habitation derrière et des gens qui y vivent. Un décor reconstitué et encore.

    RépondreSupprimer
  5. Tapis de feuilles
    la façade en belle parure
    Le yeux en merveilles

    RépondreSupprimer
  6. Sans scier la maison tout cela a l'air rabouté

    RépondreSupprimer
  7. Ce que l'un a restauré ,l'autre suit son idée et le troisième constate....... voilà le hasard hasardeux et cette rencontre insolite qui en fait peut-être le charme ou tout au moins incite a en connaître le passé

    RépondreSupprimer
  8. De simples façade et rien (ou presque) derrière, si j'ai bien compris ? La végétation envahissant les fenêtres semble le confirmer...
    Ce décor donne une impression d'abandon.

    RépondreSupprimer
  9. > Pat, la façade Renaissance, de briques et de pampres, va bientôt se voiler la face.

    > Thierry, remercions la bonne âme qui a eu l'idée de ramasser quelques pierres et les briques plutôt que de les laisser filer à la décharge. Malgré la devise inscrite au front de l'une d'elle: " Paix à cette demeure ", nul n'a hésité à la mettre bas à moins que celle-ci était déjà ruinée... Nul ne le précise.

    > Arlettart, peut-on ici parler de restauration ? Tout au plus, une sauvegarde pour ces façades nomades.

    > Tilia, peut-être une cour, à l'arrière, un minuscule jardin. Rêvons... Je ne vais pas faire le planton, par les temps qui sont, pour surprendre l'entrebaillement d'une porte et dire qui loge ici.

    RépondreSupprimer
  10. Alors je faisais erreur, ton com m'a fait poser question... Après avoir cherché sur le Web, l'Epiphyllum et le Schlumbergera (celui-ci n'est pas plus facile hi hi..) j'en déduis que les fleurs que j'ai publiées sont celles du Schlumbergera. Merci donc.
    Tanette

    RépondreSupprimer
  11. > Chère Tanette, moi-même, pendant longtemps, je suis resté dans cette erreur, ayant entendu depuis ma plus tendre enfance ainsi nommer cette gracieuse plante que toi et moi continuerons d'appeler Cactus de Noël.

    RépondreSupprimer