mercredi 27 avril 2011

jalets


Roulées par le flot
les pierres polies
si féminines
au creux de la main


21 commentaires:

  1. Beauté lunaire
    la mer chante sa poésie

    RépondreSupprimer
  2. lisse pour l'oeil
    vivante en main
    forme lumineuse

    RépondreSupprimer
  3. cals pour l'entrainement, des graves sans aigues et des cailloux qui butent et s'adoucissent par l'intaille, galets avec courroie qui appellent des valets (ou varlets) et renvoient aux frondes almogavares,jalonnent les lits et roulent pour l'éternité, ces oblongs offerts comme par des oblats, des frottements submersifs au fini parfait, la douceur d'un oeuf et le velouté du grain sont des attributs de bien.

    RépondreSupprimer
  4. Si lumineuses ces pierres polies qui roulent jusque dans nos accents et recouvrent les rues d'Avignon.

    RépondreSupprimer
  5. Ô ! Comme c'est beau

    cela appelle le rêve

    RépondreSupprimer
  6. La nature a poli en prenant son temps
    quand l'homme a tiré des éclats à grands traits
    pour faire et parfaire de toutes ses facettes
    des objets utiles et efficaces, la beauté épurée
    qui gomme les aspérités trouvera néanmoins grâce
    car si j'allais sur un chemin sans galets j'aurais peu de me perdre.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime leurs rondeurs... féminines, puisque tu le dis ! Et quelle douceur dans le creux de la main !

    RépondreSupprimer
  8. Silice
    si lisse
    si ronde
    si jolie
    si polie
    j'allais dire
    si bien élevée
    et si bien roulée

    RépondreSupprimer
  9. > Pat, ne manque que l'ombre du satellite sur la planète.

    Harmonie des sphères
    infini de l'univers
    ronde des planètes.

    > Brigitte, l'univers à portée de main
    lisse comme pomme
    ombre et lumière.

    > Thierry, un ovoïde presque parfait
    soustrait par ma main au polissage du temps
    non pour en garnir la fronde des galopins que nous fûmes mais pour orner un rayonnage, devant Montaigne ou bien Platon.

    > Fardoise, des pierres pour encalader les rues comme autrefois ? Bien trop mignonnes pour cela. Tout au plus pour un chemin de poupée.

    > Mémoire du silence, en attraction-répulsion, dépouillement complet
    l'univers en zénitude.

    > Thierry, l'homme de la pierre éclatée est du Paléolithique, celui de la pierre polie est du Néolithique. Entre les deux, un grand pas dans l'art.

    La petit Poucet s'y est pris à deux fois, semant enfin sur son chemin des petits cailloux blancs.

    > Tilia, roulée et tourneboulée, sans fin. Si bien qu'à la fin, elles n'offrent plus rien d'apérités, pas le plus petit grain. La pierre nue. Pas encore, ici, aussi parfaite qu'une perle des cavernes mais nous étions en bonne voie si elles n'avaient tenté ma main concupiscente.

    RépondreSupprimer
  10. plage de galets
    parmi tous en choisir un
    semblable et unique...

    RépondreSupprimer
  11. ............. et douces comme un baiser.

    RépondreSupprimer
  12. C'est rond, comme notre planète terre et c'est beau ... car çà vit !
    Belle pierre si bien polie, au creux de la main se réchauffe...

    RépondreSupprimer
  13. Interplanétaire
    Dans la beauté hors du temps
    Pureté de ligne

    RépondreSupprimer
  14. c'est beau de le regarder
    un galet son poli
    l'oeil suit son cours de vie
    dans ses courbes jolies

    RépondreSupprimer
  15. Dire que tout à commencé avec des tout petits cailloux qui se sont aglutinés.
    La force tempêtueuse des riviéres a su non seulement raviner mais aussi raviver les éclats des minéraux contenus.
    Sans faire l'oeuf les galets nous ont gâté, dévalant les lits sans couverture.
    Leur douceur nous enchante et parfois au soleil ils chantent.
    Quoi de mieux pour frotter du linge dans un lavoir.

    RépondreSupprimer
  16. Emoussé, il en a fallu de la mousse et du courant pour ébarber et donner ce lisse sans malice.

    RépondreSupprimer
  17. > Mimik, souvenir d'Etretat sur la plage
    tous les galets uniques en leur genre.

    > Bernard, et tendres aussi, les pierres, surtout lorsqu'elles sont amadouées par le ciseau du sculpteur.

    > Philoplume, rondes comme une orange.

    > Monique, la main à leur contact retrouvant le poids du temps qu'il a fallu pour les polir ainsi.

    > Annick, la courbe est apprentissage dans la découverte de l'autre et de soi.

    > Thierry, en attraction-répulsion. Les poussières de l'univers en rencontre insolites, ici s'agrégeant, là se repoussant, toutes à la fin des temps tombant dans le trou noir.

    RépondreSupprimer
  18. trop polies pour qui les savent honnêtes

    RépondreSupprimer
  19. J'allais sur la pointe des pieds
    sautant le ruisselet
    tremblant de basculer
    dans un autre monde de rotondité

    RépondreSupprimer
  20. En anglais on parle de "ball milling" car les frottements, les chocs, réduisent à peu de chose la forte rugosité native et active les failles pour adoucir la taille, réduire les picots et soulever les entrailles, révêler autre chose que de la mitraille ; comme dans un réacteur planétaire à tant de degrés de liberté, se convertit lentement l'arête en bord tendre et doux.

    RépondreSupprimer
  21. > Gérard, apprentissage de la douceur non sans douleur pour l'ego.

    > Thierry, poussant du pied les cailloux,
    Rimbaud, l'homme aux semelles de vent :

    " Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;
    Mon paletot soudain devenait idéal;
    J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;
    Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées! "

    > Thierry, l'inné et l'acquis, le brut, le sauvage et le poli. C'est en cela que nous sommes libres, de choisir ou de subir. Arrondir les angles.

    RépondreSupprimer