jeudi 3 novembre 2011

Hôtel des Créneaux



J'aime cette alliance de Gothique et de Renaissance

J'aime en milieu d'après-midi sa pierre blonde
 sa frise de madeleines en dentelle de pierre


J'aime ses hautes niches vides



ses grandes fenêtres à  meneaux


et sa sa double porte
désormais refermée
sur les bruits et les fureurs de l' Histoire.


Orléans, le centre ancien, l' Hôtel des Créneaux





28 commentaires:

  1. Dentelles
    broderies et armoiries
    fureurs et mystères
    de l'histoire

    RépondreSupprimer
  2. mon code d'accès au message précédent fut : "hittler" ... même avec deux "t" j'ai eu un frisson en le tapant

    RépondreSupprimer
  3. Je n'aime pas trop le mélange gothique-renaissance. Je le trouve trop lourd, trop chargé. Par contre, la porte de "Lhostel De Ville" est bien jolie...

    RépondreSupprimer
  4. j'aime le parement des colonnes, j'aime le mouvement de la façade, j'aime que tu l'aimes

    RépondreSupprimer
  5. Le mélange est remarquable, mais, bien que fermées, ce sont les ouvertures que je préfère dans l'Hôtel des Créneaux.

    J'ai recherché l'origine de ce nom, qui proviendrait du site sur lequel a été construit cet Hôtel et où se trouvait une enceinte fortifiée (portant créneaux).

    RépondreSupprimer
  6. > Mémoire du silence, cet édifice a principalement été marqué par les guerres de Religions. A lépoque, la ville d'Orléans était surnommée la " petite Genève française ", devenue rapidement un fief calviniste... Dés le lendemain de la Saint Barthélémy, à Paris, le 25 août 1572, plus de mille victimes protestantes furent dénombrées à travers les rues de la ville sans compter les dommages aux édifices ...

    > Benoît XVII, une jolie porte, du moins son encadrement et que dire du " S " resté en place dans l'inscription du linteau ?

    > Brigetoun, ce bâtiment a été maison de ville du XVè siècle jusqu'en 1790, construit à l'emplacement d'une ancienne enceinte fortifiée (la première, je crois, de la ville, au IVè siècle) entre 1498 et 1518 par Viart, architecte.

    > Midolu, c'est tout à fait exact. La ville déjà à l'étroit prenant la clé des champs... mais édifiant plus au large une nouvelle enceinte.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime les fleurettes sur les échauguettes

    RépondreSupprimer
  8. Que le "s" a été remplacé de nos jours par un accent circonflexe.

    RépondreSupprimer
  9. J'apprends, j'apprends. Je ne sais rien, rien.
    Tant d'histoire, tant de tristesse, tant de beauté.
    À mon avis, c'est belle cette maison.
    Je continue la péregrination sur Orléans, avec vous.

    RépondreSupprimer
  10. Belles pierres de façades d'époque et vieux français savoureux

    RépondreSupprimer
  11. J'aime aussi !
    Tanette

    RépondreSupprimer
  12. Est ce que c'est là qu'on apprend à manœuvrer ?
    les tailleurs ont bien œuvré par ailleurs , c'est presque de la dentelle !

    RépondreSupprimer
  13. > Tilia, de petit chefs-d'oeuvre que ces échauguettes...

    > Benoît XVII, le S remplacé par un accent circonflexe, ce petit chapeau qui met l'O à l'abri.

    > Neyde, j'apprends autant que vous chère Neyde. C'est en enseignant que l'on apprend.

    > Gérard, une des plus belle façade de la ville et heureusement conservée.

    > Tanette, après avoir été Hostel de Ville, la maison devint siège du Tribunal, puis cabinet d'Histoire Naturelle, enfin Musée des beaux-Arts pour abriter aujourd'hui une annexe du Conservatoire de Musique. Bien des tribulations et des déménagements...

    > Thierry, on n'y apprend pas à manoeuvrer mais à chanter. Avec de la patience et un talent certain, les tailleurs de pierre avaient tout leur temps pour ciseler la pierre.

    RépondreSupprimer
  14. j'aime cette architecture Ghotique, même si le Roman a son charme

    RépondreSupprimer
  15. Pierre tu es et tu en connais tout les secrets.
    Ma gourmandise(de pierres) m'a fait chercher les madeleines sans doute là où elles n'étaient pas.
    Le regard est sans cesse sollicité par la profusion de ces chefs-d'œuvres.

    RépondreSupprimer
  16. Une bien belle alliance que ces melanges. Et les explications font aimer encore plus.

    RépondreSupprimer
  17. Pas un hôtel de gare où l'on s'égare ,
    un ouvrage démonstratif qui mérite quelques égards
    et sur la voie des ans monter crescendo encore plus haut

    RépondreSupprimer
  18. Pignon lanterne ou tourelle ajourée quoi ajouter
    sinon quelque vol de tourterelle

    RépondreSupprimer
  19. > Pat, où as-tu dégotté, mon ami, ce "ghotique"-là ?

    > Maïté/Aliénor, je parle de la frise de coquilles de la corniche Renaissance, qui pour moi évoquent les moules à madeleines...

    > Lidia, quel enthousiasme! Merci de ta visite.

    > Thérèse, c'est que les bâtiments ont été construits en plusieurs étapes. Un premier édifice était accolé à l'intérieur de la toute première enceinte de la ville, puis un second lui a été adjoint, à l'extérieur. C'est lui dont nous voyons l'essentiel sur cette rue qui longeait les remparts.

    > Thierry, une tourterelle ou une damoiselle en sa tourelle pour ne pas dire une donzelle qui ne saurait ici pavoiser. Pas plus hôtel de gare que des postes : il serait alors nécessaire de remplacer les tourterelles par des pigeons voyageurs. Ce qui serait assurément encore moins poétique

    RépondreSupprimer
  20. Après lecture de tous ces commentaires en écho de si belle architecture Merci pour ce bijou d'hostel (suis un peu en retard mais émerveillée)

    RépondreSupprimer
  21. > Enitram, un motif décoratif ancien que l'on retrouve un peu partout à la Renaissance.

    > Pat, oh, bien bénigne, mon ami. Seulement orthographique...

    > Arlettart, la maison des édiles municipaux de l'époque: elle devait être la plus belle.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Pierre,
    Toujours attiré par les monuments historiques de la vieille ville d'Orléans.
    J'aurais dû aller la visiter lorsque j'allais souvent à la Motte Beuvron... Maintenant, c'est un peu plus difficile !

    Un petit haïku, si tu veux bien ?

    Dentelles de pierres
    Édifices ouvragés
    Visions gourmandes

    Biseeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  23. des dentelles de pierre que tu me donnes envie d'aller découvrir.
    Belle semaine !

    RépondreSupprimer
  24. > Christineeee, être si près et ne pas avoir franchi la Loire ! Savais-tu qu' il y avait un pont ?
    Mais je crois savoir que tu as préféré déguster une tarte Tatin servie tiède par ces demoiselles ... autre gourmandise. A Orléans, nous avons le cotignac. Mais ce n'est pas comparable.

    > Naline, belle semaine à toi mais attend plutôt des jours plus lumineux pour découvrir ces dentelles.

    RépondreSupprimer
  25. planning to visit Paris during those times make sure all peoples have a hotel room reservation here.

    RépondreSupprimer