samedi 7 février 2015

Sous l'écorce vive




Embrouillaminis
 de fibres canaux
 artères nervures
   radeaux de  papier

     La vague et la vogue
     tourbillons soudains
     les yeux de l'intime
    signaux et réponses
  forêts vibratiles

En préparation
       les flammes des fleurs
      qui rêvent de graines
 pour renouveler
  cette écorce vive

Michel Butor, Poésie au jour le jour 2008-2009, Éditions de Fallois,  2014 - Sous l'écorce vive pour Youl.  



           

8 commentaires:

  1. merci pour ce poème que ne connaissais pas
    et pour l'avoir si bien accompagné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poème extrait d'un recueil tout récemment édité, l'année passée.

      Supprimer
    2. Très beau comme un brouillon -embrouillé- embrouillamini de pensées d'une écriture serrée vers ... une bifurcation ou " Modification"
      Ne connaissais pas non plus
      Merci

      Supprimer
    3. Des veines en réseau pour irriguer nos jours

      Supprimer
  2. Tout renait il suffit d'attendre.
    Un poeme puissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sous l'écorce vive se trame le printemps.

      Supprimer
  3. Sensible à la façon dont Butor regarde la forêt jusque dans ses entrailles, à écorce vive est venu se coller instinctivement cette expression "écorchée vive", je crois comprendre pourquoi....bizarre parfois la résonance des mots ....
    Belle image que ce joli rideau de bois quelque peu malmené par la saison hivernale pour illustrer ce texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'embrouillamini comme la vie, tout se mêle et s'emmêle. Une question de choix.

      Supprimer