vendredi 17 juin 2011

Innocence


Pour compter fleurette
tu as mis tes gants blancs et ta collerette
guillerette dans l'herbe verte


18 commentaires:

  1. L'innocence
    en colle Claudine
    et bouche en coeur

    RépondreSupprimer
  2. Instant de fraîcheur dans la beauté pure
    de la Fleurette

    RépondreSupprimer
  3. C'est de l'œuf.
    On s'attache...

    RépondreSupprimer
  4. dense et coquette
    simple et guillerette
    sourire au jour

    RépondreSupprimer
  5. Il faudrait dans leur cachette
    taquiner du bout de la baguette
    toutes ces malicieuses fleurettes
    afin d'avoir la collection complète!

    RépondreSupprimer
  6. Elles sont bien nettes les fleurettes rondelettes, prêtes à la galipette

    RépondreSupprimer
  7. Ô JOLI, mais c'est tellement toujours fort beau, ici,
    merci pour cette fraîcheur, Pierre,
    merci d'avoir déposé tes mots.

    RépondreSupprimer
  8. > Maria-d, après les prédateurs, un peu de douceur. Le blanc n'est-il pas symbole de l'innocence, tout au moins en Occident ?

    > Arlettart, une fleurette dans la pureté du renouveau, une fleurette printanière.

    > M Lecoq, le blanc et le jaune, en balance, au coeur des fleurettes.

    > Brigetoun, ouvrant mes persiennes, le matin, ce sont elles que je voyais en premier, souriantes, comme légèrement amidonnées, pimpantes et souriantes.

    > Maïté, elles font le dos rond pressées dans leur touffe les unes contre les autres et je parie qu'elles n'aimeront pas être titillée même par une baguette de fée...

    > Gérard, coquines, donc, pour aller ainsi conter fleurette.

    > Annick, ne faut-il pas mieux montrer et parler des choses simples et belles que de se lamenter sur les misères du monde qui sont grandes. Ne jamais désespérer, tu le sais bien.

    RépondreSupprimer
  9. Pas question de sonner l'alerte
    elles sont grandes ouvertes
    et partagent leur cœur jaune
    et puis elles sont si proprettes
    que quand c'est ainsi qu'elles s’apprêtent
    on fait plus que dresser la tête
    à leur vue pas de pensée malhonnête

    RépondreSupprimer
  10. tous ces petits yeux sont ravissants !
    bisous et bonne soiree Pierre

    RépondreSupprimer
  11. Compter toutes les jolies fleurettes
    de l'image n'est pas chose simplette,
    il faut sortir la calculette
    et dérouiller la comprenette !

    RépondreSupprimer
  12. oui, Pierre, je sais...

    RépondreSupprimer
  13. > Thierry, on en ferait volontiers une chansonnette puis dans l'herbe nous ferons des galipettes sans façon, saperlipopette !

    > Laurence, et des yeux riants , déjà grands ouverts de bon matin.

    Doña Dolorès Primevère,
    Lady Roxelane Pervenche
    Un beau dimanche,
    Montent en haut du belvédère.
    Rêveuse pervenche,
    Douce primevère,
    Radieuse atmosphère.

    Robert Desnos

    > Tilia, sur le boulier, sans peine, tu aligneras d'abord les unités, puis, en t'appliquant, les dizaines chiffreras, enfin la centaine atteinte, tu auras un joli bouquet.

    > Annick, j'ai sous les yeux cette citation de Margaret Storm Jameson que je t'offre en partage:

    " Il n'y a qu'un seul instant où vous êtes en vie, cette minute, ici et maintenant."

    L'ici et le maintenant, tout le reste n'existe pas.

    >

    RépondreSupprimer
  14. L'innocence de la beauté ...

    RépondreSupprimer
  15. Des coeurs délicats
    Sur parterre de fleurettes
    Bonheur partagé

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeee

    RépondreSupprimer
  16. > Pat, ne pourrait-on pas également affirmer l'inverse, la beauté de l'innocence ?

    > Christineeeee, un déjeuner sur l'herbe
    des oeufs durs à la croque-au-sel
    un matin de printemps.

    RépondreSupprimer
  17. De retour, je prends comme un accueil ce florilège, ces envolées de fleurs, habitées ou non.
    Les sourires et le coeur grand ouvert de celles-ci sont ravissants ...
    Merci. Et bonne soirée ...

    RépondreSupprimer
  18. > Midolu, chacune se poussant du coude vers le soleil sourit.

    RépondreSupprimer