vendredi 20 mai 2011

match


Effort déployé
compétition farouche
pensées convergentes


16 commentaires:

  1. s'élancent
    vers leur but
    en tension
    se guettent
    et foncent unis
    car rivaux

    RépondreSupprimer
  2. Craquant mais pas le feu sacré, à l'unisson dans une recherche d'harmonie, pas une vraie compétition mais une traversée concomitante qui ne mine ni ne tente un regard vague mais sans entrave pour ces étraves qui percent et mettent à jour créent dans leur sillage ces v qui se rejoignent

    RépondreSupprimer
  3. Comme c'est joli.
    Des canards tous amoureux de toi ?

    RépondreSupprimer
  4. Sublime ... en triangle comme pour une migration.

    amitié et belle journée

    et puis pas d'inquiétude un jour les portes s'ouvriront à nouveau ;-))

    RépondreSupprimer
  5. V superposés, empilés, décalés
    une course folle à la patte mouille

    RépondreSupprimer
  6. A peine frôlées
    Les eaux aux reflets d'argent
    Les griffes d'oiseaux

    RépondreSupprimer
  7. Un tissage en point de Hongrie, même si " nous " ne sommes pas là sur le Danube !

    RépondreSupprimer
  8. Vite
    Vite
    Vite
    Pour le plaisir de l'élan qui porte et pousse vers l'avant

    RépondreSupprimer
  9. Jolie compétition permettant des V dans l'eau. La V'ictoire est à qui?

    RépondreSupprimer
  10. Au ciel quand il fait beau
    ils font des V dans l'air
    sur l'eau en solitaire
    ils font des V dans l'eau

    RépondreSupprimer
  11. Des marches au match toujours une photo dans la boîte et la match box qui nous éclaire, un grattoir à pensée pour que vienne illuminer après que d'avoir ruminé, des pensées neuves et une intelligence associative

    RépondreSupprimer
  12. > Brigetoun, rares les compétitions sans rivalités, l'homme ne se distingant en rien sur la question dans la série animale.

    > Thierry, l'espoir d'un gain ou d'une récompense, rien ne fait mieux courir que cela. La carotte au bout d'un bâton, Machiavel nous l'a bien décrit.

    > Gérard, sans appeaux ni apprêts, les oiseaux s'attroupaient autour du sage François.

    > Maria-d, dans l'air ou sur l'eau, vol groupé en delta. La moindre résistance aux frottements.

    > Thierry, que de douceur en cette glisse sur l'eau... Je connaissais la course à la hotte, la course en sac mais pas celle à la patte mouille. Voilà qui est fait.

    > Monique,
    Un instant d'émoi
    l'eau à peine troublée
    la canne cancanne

    > Midolu, frises de même longueur, coupées à 45 degrés, placées à angle droit. Un travail d'artiste chevronné.

    > Danièle, je n'avais pas même en la main un relief de goûter qui eut fait leur délice... Une course pour rien, peut-être pour le plaisir et le dépit, à l'arrivée, les fera tourner en rond avant que de s'éloigner en ronchonnant.

    > Philoplume, sans victoire au bout, pas d'estrade dressée. Un simple exercice, une répetition, éprouvant sa forme.

    > Tilia, ouvrant une route, traçant un chemin que s'évanouit , se dilue et se perd aussit^t derrière eux.

    > Thierry, qui de l'intelligence ou de la force décidera du résultat ?

    RépondreSupprimer
  13. Tout laisse des traces
    Le bien
    Le mal
    - - - - - -
    Tous laissent ses traces
    dans la vie.
    Moi, tu, ils,
    Nous ...
    - - - - - -
    Tu peut rester vivant
    dans la memoire de tes traces.
    - - - - - -
    Quoi qu'ils soient bons ou mauvaises.

    RépondreSupprimer
  14. pardon :

    Tu peux rester vivant
    dans la memoire de tes traces
    - - - - - -
    Quoi qu'ils soient bonnes ou mauvaises.

    Mon cher Pierre, tu peux modifier le com?

    RépondreSupprimer
  15. Vers un but ...la vie ondule ...

    RépondreSupprimer
  16. > Neyde, rien ne saurait effacer les traces...

    pas plus que je ne puis ici modifier tes mots. Ce blog n'est pas très souple et ne permet que des actions essentielles. J'en suis désolé.

    > Pat, à coups de rame, la conquête est approchée.

    RépondreSupprimer