mardi 23 novembre 2010


Le cerisier flamboyant
un tapis de lumière
oserons-nous le fouler?

18 commentaires:

  1. Rayon de soleil
    Illumination
    Beauté

    RépondreSupprimer
  2. Quelques jours en lumière
    puis le vent, le vent d'ouest
    l'arbre dépouillé... s'endormant.

    RépondreSupprimer
  3. beau tapis de lumière !
    Blogspot n'est pas un mauvais choix, j'y suis depuis plus d'un an et je croise les doigts... pas de souci ! J'ai mis dans ma blogroll le blog intitulé "mes trucs pour blogger" véritable aide en ligne !

    RépondreSupprimer
  4. Encore point de décor hors l'or...

    RépondreSupprimer
  5. Soufflerie d'automne
    Branches déployées
    lestage de pétales dorés

    RépondreSupprimer
  6. Allez, j'ose !
    J'aurais osé le faire ce matin chez Laurence, mais l'échelle avait pris la place sur le tapis ...

    Sensations feutrées, doux craquements quand le pied se noie dans ce lac d'or ... Et l'odeur de l'herbe réveillée !

    Passe une belle journée, Pierre.

    RépondreSupprimer
  7. Belle lumière !

    Automne couleur de miel
    Sous le pinceau des saisons
    Dorure à l'or fin

    monique

    RépondreSupprimer
  8. Heureux endroit
    où de souffleuses
    point il n'y a !

    RépondreSupprimer
  9. C'est presque un "sacrilège" de marcher sur tant de beauté...en revanche se promener en ton nouvel espace est lumineux, merci !

    RépondreSupprimer
  10. Tout change et se transmute en or par ici !!!!
    Merveille que ce nouvel espace
    A mi-voix se murmure

    RépondreSupprimer
  11. Belle saison des tapis de paillettes d'or

    RépondreSupprimer
  12. c'est marrant cette ressemblance de sujet aujourd'hui entre ton article et le mien :-)
    je lis le com de Midolu ... rha ! tout le monde a pris mes escaliers pour une échelle, c'est curieux ça !!!
    ça fait bizarre de te "voir" ici, mais allez, je vais rajouter ce lien dans ma tribu.
    Bonne nuit Pierre !

    RépondreSupprimer
  13. Un trèsor! Et je ne savais rien.
    Presque j'ai perdu cette pluie d'or.
    Sous l'arbre lumineuse, sur le tapis géant
    il faut se promener

    RépondreSupprimer
  14. Passementeries et or filigrane se déploient en douceur et occultent le prè, pas uniformes et sans brandebourgs nous prennent à rebours mais c'est sans tambour ni trompette que s'annonce la chute, que s'amoncellent les dernières couleurs, pas à fouler ni défouler, bien qu'elles soient craquantes à souhait

    RépondreSupprimer
  15. > merci à tous, d'avoir déposé pour ces feuilles un tapis de commentaires, tous plus imaginatifs les uns que les autres. Qui, maintenant, viendra m'aider à les ramasser?

    RépondreSupprimer