lundi 12 février 2018

Et c'est tout ce qui reste...

 
 
   Des lambeaux comme fragments d'une histoire effeuillée répandus au grès du vent et dont les pages dessineraient un archipel peuplé d'îles aléatoires et fugitives, dérive d'un continent perdu et oublié.
 
 

4 commentaires:

  1. Cartographie éphémère ...
    Bonne semaine, Pierre, ainsi qu'aux visiteurs.

    RépondreSupprimer
  2. un archipel de calcaire blanc jeté sur une mer profonde et verte

    RépondreSupprimer
  3. Et..qui va disparaître il en restera un vague souvenir qui surgira un soir de mélancolie

    RépondreSupprimer
  4. la vie n'est rien d'autre....
    quelques traces sur le sol
    la neige éphémère
    le souvenir d'un passage
    d'une étincelante beauté

    RépondreSupprimer