vendredi 12 décembre 2014

Une vie de feuille



Feuilles de la nuit

à terre chiffonnées

demain foulées aux pieds

des perles de rosée pour épitaphe.











17 commentaires:

  1. feuilles à venir coller sur mon arbre
    (même si pas la bonne essence) délicatesse des beiges rosés, des roses clairs, des dégradés, et ces retroussis qu'elles s'offrent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des feuilles de Paulownia assez grandes pour servir de couverture...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. J'aime cet entre-temps, les feuilles assises entre deux chaises.

      Supprimer
  3. Un vrai tapis volant pour lutin !

    RépondreSupprimer
  4. Ainsi va la vie et des choses qui hier nous paraissaient importantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seules sont importantes les choses de l'instant.

      Supprimer
  5. Belles les photos. Beaux les mots. J'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des moments ordinaires, au jour le jour, sans plus.

      Supprimer
  6. Pourquoi les feuilles mortes même lorsqu'elles sont belles sont porteuses de mélancolie ?
    Est-ce parce qu'elles annoncent l'hiver ou parce qu'elles ont fini de vivre ?
    Elles qui jusque sur le sol gardent une certaine beauté , est-ce possible une belle mort ?

    RépondreSupprimer
  7. Monique, lorsqu'elles se détachent de l'arbre, les feuilles ne sont pas encore mortes. Elles respirent, elles transpirent. On pourrait dire qu'elles sont sevrées, débranchées. Un bel exemple de fin de vie sans douleurs. En soins palliatifs, en quelque sorte. Jusqu'à ce que le vent d'hiver les emporte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles inspirent la mélancolie non seulement parce que l'arbre dépouillé annonce l'hiver et qu'elles vont mourir mais aussi parce qu'elles quittent leur havre, leur port d'attache et qu'elles se néantisent, abandonnées.

      Supprimer
  8. Merci jeandler, pour ce regard différent sur les feuilles mortes ..."qu'on ramasse à la pelle"... qui me conforte dans mon attendrissement pour elles et nous laissent méditer sur cet exemple de fin de vie, mais abandonnées, pas vraiment puisqu'elles nous inspirent de belles réflexions...et laissent leurs empreintes en images et dans vos mots si beaux. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Monique de votre fidélité et votre attention.
      Tendres paroles de Prévert mises en musique par Kosma...et chantées par tant de poètes.

      Supprimer
  9. Et dans leur abandon elles sont encore Oeuvres-d'Art offertes aux passants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfants, nous aimions tant traîner les pieds dans les feuilles ! Sans doute pour la chanson qu'elles murmuraient en froissement comme une supplique.

      Supprimer