mardi 23 avril 2013

héronnière



Au milieu du fleuve

une héronnière

en pleine ville

dans les arbres


31 commentaires:

  1. Mais où sont les hérons ?
    tous partis à la pêche sans doute..
    Gare aux petits poissons !
    plus d'un finira dans le gosier des jeune affamés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Tilia, les hérons sont sur leur nid ou à proximité sur les branches. J'en distingue au moins quatre si ce n'est cinq.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. > Michel, certes et rond et rond petit patapon mais souviens-toi aussi de ceci :

      " Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
      Le Héron au long bec emmanché d'un long cou.
      Il côtoyait une rivière.
      L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;
      (...) "

      Supprimer
  3. un peu de poésie en mots, en image, en imagination

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Brigitte Celerier, un peu de poésie en ville aussi... Une trentaine de couples ont été recensés qui nidifient en pleine ville ! N'est-ce pas extraordinaire ?

      Supprimer
  4. En toute sécurité! Pourvu que le poisson abonde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Thérèse, le poisson abonde. Je ne sais si j'en consommerais personnellement mais les hérons s'en régalent.

      Supprimer
  5. Personne ne viendra les perturber ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Philippe Bullot, je ne serais pas aussi optimiste que toi bien que les arbres soient au milieu du fleuve. Heureusement, peu de gens songent à lever les yeux et les apercevoir. Et puis que les arbres ont la bonne idée de reverdir. Déjà, on ne les repère qu'à peine.

      Supprimer
  6. Que d'eau, que d'eau mais le héron au long bec s'en fiche, il surveille....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Enitram, la Loire est moyennement haute en ce moment mais occupe largement son lit.

      Supprimer
    2. Petit clin d’œil sur mon blog !

      Supprimer
  7. Au dessus du courant des eaux argentées du fleuve peut-il y avoir nids plus douillets qu'au creux de ces hautes branches dans la lumière incomparable du val de Loire, un lieu de rêve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, le nid des hérons n'est pas particulièrement douillet selon nos critères. Constitué de rameaux secs ou de branches grossièrement entrelacés et tapissé des d'herbes sèches qui sont le seul confort pour les poussins. Ceux-ci restent au nid une cinquantaine de jours.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. > Michel, tout l'honneur est pour moi!

      Supprimer
  9. en traversant la brière, samedi,
    quelques hérons hauts sur pattes,
    dans les champs,
    et je me demandais, où ils dormaient,
    maintenant, je sais, merci Pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Annick, la Brière , un haut lieu pour les volatils aquatiques de tout poil ! On en rencontre jusque dans les champs, guettant peut-être un batracien au bord d'un fossé.

      Supprimer
  10. Comme ce mot est joli HERONNIERE tout un poème à lui seul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Arlettart, tellement joli le mot que bien des propriétés se sont emparé du nom.

      Supprimer
  11. Réponses
    1. > Mémoire du silence, leur envol est majestueux et leur vol ne passe pas inaperçu, la tête repliée contre le corpst et les pattes allongées servant de gouvernail.

      Supprimer
  12. Bonjour Pierre,
    Il me semble que le printemps a du mal à arriver jusqu'à chez toi !
    Je t'envoie du soleil de Toulouse en espérant qu'entre temps, les hérons seront à la fête dans les feuilles des arbres.

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Christineeeee, un grand merci pour cette pensée; hier, on se serait cru en été et ce matin, le ciel était gris, des gouttes de pluie dans le vent. Il pleut au Sud de la Loire et encore une fois les hérons ont la tremblote sur leur nid.

      Supprimer
  13. Je remarque que les hérons n'hésitent pas à partager " leur " arbre avec leurs congénères.
    À moins que certains nids ne soient désaffectés ...
    Merci pour cette image. Je vois parfois des nids de hérons mais je n'avais jamais encore observé un regroupement d'habitat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Midolu, ce n'est qu'au moment de la nidification que des couples se forment. La plupart du temps, les hérons vivent en solitaire.
      Ces nids n'existaient pas en si grand nombre l'an dernier. On en compte plus d'une vingtaine sur le site.

      Supprimer
  14. Tout cela est bien surprenant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Fred, c'est le vivant qui est surprenant dans ses formes comme dans ses comportements.Les modèles si tant est que l'on puisse parler de modèles en l'occurrence, en ce qui concerne les amours sont en nombre indéfini. La Nature en a " inventé " une bien grande variété.

      Supprimer
  15. Je devine deux hérons sur les branches.
    Belle image.
    J'ai aimé voir, pendant le voyage, beaucoup de nids sur les arbres.
    Au moins, l'espoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Neyde, en espérant que le mauvais printemps que nous avons ne perturbe pas trop les couvaisons...

      Supprimer