lundi 10 janvier 2011

pensée


Fouiller l'aspérité
trouver le défaut
en creuser l'idée.
La vie s'ancre dans le minéral.

"On photographie les objets avec son esprit. Mes histoires sont une manière de fermer les yeux."
Franz Kafka

30 commentaires:

  1. dépouillé,
    ne reste qu'essentiel,
    os ou roc,
    construit par couches
    stratifié,
    vie ou pensée solide,
    ramifiée,
    vers tout orientée

    RépondreSupprimer
  2. Cette roche là, comme un empilement de feuilles pourrait nous raconter l'histoire passée ou les histoires à venir...

    RépondreSupprimer
  3. Dans l'épreuve rude, souvent on découvre la faille, la douceur.

    Meilleurs voeux. Que cette Nouvelle Année amène son lot de joies, partage et que chaque jour soit réinventé afin d'apporter la découverte qui nous évade et met de côté les jours sombres.

    "Pas à Pas"

    RépondreSupprimer
  4. Et quand on ferme les yeux, la perception fugace, mais tangible, pénétrante, écorchante des failles toutes en beauté, danger, vertige, horizon de la pensée qui creuse encore.

    RépondreSupprimer
  5. Les plantes peu gourmandes profitent du moindre espace dans la roche.

    RépondreSupprimer
  6. Pensée aride
    j'ai oublié ma pioche
    je passe mon chemin

    Le mot du captcha est "flegme" !
    dans mon cas, c'est plutôt "flemme" :D

    RépondreSupprimer
  7. Ta photo sied bien à la citation de Cézanne

    RépondreSupprimer
  8. Et si les pierres avaient une mémoire ...

    RépondreSupprimer
  9. La pierre a subi les épreuves des temps
    Il en reste un chaos organisé qui en fait sa beauté

    RépondreSupprimer
  10. et s'il n'y avait pas de défaut ?

    RépondreSupprimer
  11. > Brigitte,
    au bord du chemin
    la roche mère
    métamorphisme
    le schiste.

    > Fardoise,
    un beau feuilletté
    galette des rois
    la fève glissée dans un creux.

    > Pas à pas,
    trouver le passage
    de toi à moi.
    Merci de tes voeux et bonne année.

    > Frédérique,
    les yeux fermés
    la réverbération de la roche
    qui n'en finit pas de cuire au soleil.

    > Tanette, gourmandes, avides
    mais sachant se contenter de peu.
    Nécessité ici oblige.

    > Tilia, les pensées arides sont les plus riches de sens. Fait une pose; je te reprendrais au retour.

    > Gérard, dans les profondeurs de la terre
    faisant surface, comme ici, de temps à autre.

    > Bruno, mais elles sont toute la mémoire de la planète et peut-être plus...

    > Arlettart, pour moi, pas de plus belles images du chaos. La Cévenne, qu'elle soit schisteuse ou granitique (il y a les deux), offre de superbes paysages découpés ou arrondis, toujours divers et surprenants.

    > Lautreje, une très bonne question, dirais-je, si je terminai une conférence... La nature peut-elle être prise en défaut? N'est-ce pas plutôt notre propre nature qui nous conduit à la notion de défaut, obnubilés que nous sommes par la normalité et le modèle?

    RépondreSupprimer
  12. Cette roche est une perfection. Elle abrite la vie, elle s'associe à d'autres "créations" naturelles. La plante s'adapte, s'accommode, leur alliance est admirable ...

    RépondreSupprimer
  13. Trouver l'aspérité, la prise, dirait le varappeur, sinon impossible de monter...

    RépondreSupprimer
  14. > Lautreje, "trouver le défaut" dans la roche, je dirais maintenant "trouver" sa faiblesse, son point faible, par lequel la graine s'introduira.

    > Midolou, l'alliance du minéral et de l'eau.

    > Mimik, exact, trouver la prise et sans faiblesse se hisser, poser le bivouac...

    RépondreSupprimer
  15. Sur son lit la roche
    A laissé ses draps plissés
    Et l'odeur des fleurs

    RépondreSupprimer
  16. Il fit revenir l'idée avec un peu d'humour noir...

    RépondreSupprimer
  17. la nature est avant tout un équilibre ! Elle n'a pas de défaut, c'est l'homme qui a développé cette notion (je suis bien d'accord !!)... En nous, à la naissance il n'y a pas de défaut non plus, il y a des couleurs qui deviennent plus ou moins vives, à nous de les regarder pour avancer !
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  18. j'ai vu des arbres pousser dans des endroits étonnants !

    RépondreSupprimer
  19. J'aime cet aspect ridé de la roche ! bien rien à voir avec ça, mais c'est juste en comparaison avec les roches lisses ! :-)
    bise et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  20. on dirait à sa composition de la houille
    mais à la couleur non !
    mais ça me rappelle les blocs de charbon que j'ai pu voir
    trés jolie photo Pierre
    bonne soiree
    PS : quoique, avec mon torticolis, de dire "houille" ça tombe à pic !!!!

    RépondreSupprimer
  21. Pas de grands schismes dans les schistes, un aspect preque monolithique mais l'effeuillage ménage quelques surprises.

    RépondreSupprimer
  22. L'aspect hérité c'est la macle qu'il préfère
    le défaut d'une cuirasse presque cyclopéenne
    un repos incliné pour grosse fatigue ou petit creux, une vraie mine et tant de rayures !

    RépondreSupprimer
  23. Sur les flancs de l'Aigoual
    Un feuilletage de pierre
    Coloré de belle manière :
    Mais pas de frangipane !

    Biseeeeeeeeeees de Christineeeeeee

    RépondreSupprimer
  24. > Monique,
    nuit d'insommie
    les draps gardent mémoire
    des feux nocturnes

    > Nicolas, "il", Kafka sans aucun doute,
    avec beaucoup d'humour quoique l'on en dise.

    > Lautreje, un équilibre toujours sur le fil,
    précaire comme la vie.
    Nous ne faisons que projeter en elle nos fantasmes.

    > Ulysse, les arbres ne craignent pas la peur, cherchant l'a-pesanteur, rêvant d'oiseaux, partant à la conquête du ciel. Cela seul les intéresse. On nomme ceci tropisme.

    > Cocole, ces schistes n'ont rien du poli des ardoises; il leur a manqué un peu de pression et un peu de chaleur lors de la cuisson!

    > Laurence, certains schistes peuvent être imprégnés de houille ou de bitume. Ils en ont alors la noirceur et le toucher gras.
    Remet tranquillement en place le feuilletté de tes muscles nucaux et protège-les d'un foulard.

    > Thierry, tes mots en strates méritent pour les apprécier un strapontin. S'asseoir et les distiller, feuillet après feuillet, en ricochet, ne loupant jamais l'envoi!
    Mais pour les mâcles dans le schiste: nenni, pas goutte! Il faut pour en trouver que je me retourne, gagne la Cévenne du granit, de l'autre coté de cette vallée, et là, quelque jour, je t'en montrerai de forts belles, en dents de cheval.

    RépondreSupprimer
  25. > Christineeeee, pas de frangipane, ni de fève. Un risque de moins de se casser les dents.
    Dans ta pâte, moitié farine de blé, moitié farine de châtaigne. Une touche de terroir!

    RépondreSupprimer
  26. Merci pour la recette !
    Rebiseeeeeeeeees

    RépondreSupprimer
  27. Aspérités qui permettent de progresser !

    RépondreSupprimer
  28. > Christineeeee, de rien, au risque d'alourdir un peu le feuilleté, à mon avis.

    > Naline, un peu friable pour la varappe!

    RépondreSupprimer
  29. Mon cher Pierre ,

    Je reviens vers toi ici mais mon blog a été désactivé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous étions alors en pleine forme, ami Bruno.

      Supprimer