mercredi 2 février 2011

ouverture


Au fond de tes yeux
mille pensées entrevues
le ciel me sourit

" Celui que tu aimes te paraît beau aux yeux de tous "

Ibn'Arabî

" C'est quoi " la grande certitude " ? Rien de particulier, le ciel en soi. "

Philippe Sollers, Trésor d'amour, 2011

22 commentaires:

  1. J'aime beaucoup la citation de Sollers

    RépondreSupprimer
  2. *** Une photo qui inspire l'imagination ... très chouette !!!!! Les mots de Philippe Sollers en plus ... ce n'est que du bonheur ! ***

    RépondreSupprimer
  3. tête renversée
    yeux cherchant azur affirmé
    à travers ce puits de branches
    deviner
    brouillage
    vertige
    perte repère

    RépondreSupprimer
  4. ma que grognement carcasse me font contradictoire - ou la vieille habitude de chercher toujours l'opinion inverse pour la peser -
    pardon, bonjour - aime aussi cette affirmation un peu floue de Sollers

    RépondreSupprimer
  5. J'arrive de la revue de blog de Lautreje.
    Ca commence bien, photo et citation.
    Merci à elle, et je continue ici. :)

    RépondreSupprimer
  6. Pas symphonie, pas nymphe aussi !
    oui la citation de Sollers prête à interprétation
    un lac d'amour et des rubans
    un cordon ombilical
    moi je préfère le ciel en toi
    pas comme une limite
    mais avec des étoiles en prime dans la tête

    RépondreSupprimer
  7. Le ciel à l'envers, dans une flaque d'eau ?

    " La vie devant soi " ...

    RépondreSupprimer
  8. B'eau aux yeux de tous ? ce n'est que de l'eau camarade !

    RépondreSupprimer
  9. Trouée dans l'eau
    l'arbre tend ses bras
    au ciel

    RépondreSupprimer
  10. ciel-de-lit sur toit
    pour dormir à deux
    canopée des bois
    bonheur plein les yeux

    RépondreSupprimer
  11. Averse et reflet
    à l'inverse pas replet
    le soupir du regard
    sans soupirail

    RépondreSupprimer
  12. > Pat, le dernier roman paru, consacré au bonheur que Stendhal a poursuivi toute sa vie.

    > ""°o.O Nancy O.o°"", le bonheur après l'averse...

    > Brigitte, écartant les feuillages, cherchant un coin de ciel de bleu, le vent aidant.

    > Avignon, les yeux grands ouverts...

    > Pastelle, bon courage pour tes visites et merci de ton passage ici. L'averse est passée.

    > Maria, Michel d'Avignon a les yeux qui s'écarquillent et toi tu ne vois rien! Je suis désolé. Il y a un problème dans ton ordi.

    > Thierry, si tu mets le ciel en toi, promesse de bonheur. Un lac d'amour, dis-tu ! Une toute petite flaque comme un éclat de miroir captant l'immensité du ciel.

    > Midolu, une petite lucarne où Momo trouvera le bonheur offert généreusement par madame Rosa en partage, un vrai bonheur celui-là. La vie devant soi.

    > Gérard, de l'eau et un miroir. Illusions (perdues).

    > Maria, aurais-tu retrouvé par magie la vision? Une autre machine, à ton secours, venue ? La surface du miroir s'apaise et laisse entevoir l'infini.

    > Tilia, un ciel-de-lit, bien dit, et le soir venu, les étoiles s'y allument. Mais les ardoises de la terrasse qui retiennent un instant l'ondée sont bien dures au dos pour en faire une couche.

    > Thierry, l'écoulement se fait mal sur la terrasse au grand bonheur de celui qui prend la photo.

    RépondreSupprimer
  13. Ton âme sensible sait si bien saisir leur reflexion ! Je t'envie ... mais ne te jalouse pas ;)

    RépondreSupprimer
  14. Toit de genêts
    une chaumière
    au bois cachée
    aube première

    (c'est plus confortable ainsi ?)

    RépondreSupprimer
  15. Deux belles citations et une superbe photo semblable à une fine dentelle.
    Merci Jeandler. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
  16. Tes yeux sont des étangs bleus
    Mes mains ricochent des cygnes
    Le lac s’entrouve et montre la terre promise.
    Nous allons l’un vers l’autre.
    Nous accorderons les arbres avec les branches
    Les trèfles avec les feuilles
    Et les étoiles fileront vers la chance.

    Libres, nous sommes de nous lier jusqu’à la mort
    A la vie.
    Mais nous savons que les enfants sont impatients de grandir
    Et nous regrettons l’arbre de Noël.
    Alors la nostalgie a deux grands yeux bleus
    Qui annoncent l’orage.


    Yvon Le Men

    RépondreSupprimer
  17. Les branches de l'amour
    embrassent l'espace
    que reste - t il
    du murmure des feuilles
    et du silence de la sève
    qui bat douloureusement
    sous la caresse du vent.

    RépondreSupprimer
  18. Juste le temps d'un rêver
    Faire naître un paysage
    Un miroir d'espoir

    RépondreSupprimer
  19. > Asiemutée, une toute petite flaque d'esu où seul un moineau pourrait se baigner.

    > Tilia, plus doux à mon dos endolori
    les genêts en ciel de lit.

    > Araucaria, la dentelle du feuillage découpé d'un frêne...

    > Nina, L'orage annoncé par le poète a fini par passer la montagne et éclater généreusement dans la vallée.
    Toujours le poème qu'il faut sous la main. Merci Nina.

    > Lasiate, que reste-t-il de ce murmures ? Quelques gouttes cristallines qui s'égouttent et se perdent en étoiles dans ce ciel...

    > Monique, après la pluie, le beau temps
    le ciel lavé plus bleu
    le miroir étincelant

    RépondreSupprimer