samedi 31 août 2019

Dahlias

               "Le dahlia met se cocarde
              Et le souci sa toque d'or..."
            (Théophile Gautier, Les derniers beaux jours.)






   J'aime de longtemps les dahlias.

   Ils garnissaient le jardin à fleurs de ma grand-mère. Des mauves, à grandes faces violettes et de plus petits qu'elle disait à pompons et que l'on retrouvaient dans tous les autres jardins alentours. Elle en faisait des bouquets que nous portions au cimetière.

   Lorsque mon père repris la main au jardin, il a gardé la collection et l'augmenta bientôt de "décoratifs" et de "cactus". Je me souviens d'un 'Soleil', joufflu et à la tête si lourde que parfois la tige cassait si l'on ne la tuteurait pas à temps.




   Au printemps, les jeunes pousses qui se développaient sur les tubercules conservés pendant l'hiver à la cave étaient prélevées et bouturées dans de petits godets de terre. Ceci lui permettait de multiplier sa collection une fois les jeunes plants portés en pleine terre. Dès la formation des premières tiges florales, mon père supprimait les boutons surnuméraires autour du principal et obtenait ainsi sur chaque tige une fleur unique et volumineuse.




   À l'aide de son ancien Kodak à soufflet que j'avais modifié pour réaliser de gros plans, ce furent avec mes chats mes premières tentatives en photographie...

   Lorsque à mon tour,bien des années plus tard, j'ai pris soin du jardin, la collection  était depuis perdue et toutes mes tentatives d'acclimatation de dahlias nouveaux se sont soldées par quasiment des échecs. La terre était sans doute épuisée et ces plantes sont si gourmandes en eau...




   Alors, je me plais à visiter, en fin d'été, les collections des jardins des parcs des villes pour faire quelques images...



    

8 commentaires:

  1. Nos grands parents avaient des mains d'or et des secrets..

    RépondreSupprimer
  2. j'ai souvenir de rangées de dahlias dans mon enfance... toujours gardé un sentiment pour eux

    RépondreSupprimer
  3. Je vois aussi qu'il y a un insecte (bourdon, abeille) qui apprécie particulièrement une des deux cocardes ...

    RépondreSupprimer
  4. Désolée un impair de disais tout s'explique par votre attention aux fleurs et diverses plantations Merci suis completement ignorante mais touchée

    RépondreSupprimer
  5. Dans le jardin de mon enfance il y avait des zinnias de toutes couleurs, cousins des dahlias pompon.
    Mais bien loin de mon jardin avignonnais, les fleurs qui ont le plus marqué ma mémoire sont les grandes tiges abondamment fleuries des glaïeuls que ma tante cultivait en Lorraine et qu'elle ne coupait que pour aller fleurir l'autel de la Vierge dans l'église du village.
    Le dahlia blanc est superbe !

    RépondreSupprimer
  6. Ô ! que tout cela me touche, photos et mots.
    Je me souviens, ils embellissaient le jardin de ma mère, ils étaient avec les pivoines ses fleurs préférées.
    Merci pour cela.
    Une embrasse vers toi cher Pierre.

    Maria-D

    RépondreSupprimer