vendredi 11 janvier 2013

La ville bouge



Comme un château de cartes

les colombages fatigués

la maison évidée s'est écroulée





40 commentaires:

  1. et ça a fait poussière - et ça a fait vacarme - et ça a fait une superbe photo
    Mais c'est à pleurer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Brigitte Celerier, de la poussière, du bruit et, heureusement, qu'une victime légère. Les ouvriers étaient sur place. Et beaucoup de parlotes.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. > Michel, la beauté du diable.
      La toiture rénovée sur le carreau !

      Supprimer
  3. Pas de tremblement de terre chez toi j'espère... car vu les dégâts, il devait être costaud !

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Christineeeee, les tremblements sont assez rares ici mais ce qui n'empêchent les terrains (alluvionnaires : la Loire est au bout de la rue !) d'être instables. C'est un possible hypothèse pour cet effondrement.

      Supprimer
  4. est-ce la même que celle du billet précédent?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > C'est la maison voisine de la voilée précédente, Tanette, mais tout est à craindre pour l'îlot. Des étais posés, des béquilles qui ne seront que sur jambe de bois. Le chantier figé depuis l'évènement.

      Supprimer
  5. Qui va payer ?
    Une belle bataille d'expert en perspective !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Tilia, les assurances, comme d'habitude, s'il y en a...
      Pour la bataille, elle ne fait que débuter.

      Supprimer
  6. La réponse au commentaire de Tanette (2) est arrivée avant que je ne pose la question...
    Quel gâchis! Bon il y aura encore des photos de prises entre maintenant et la solution finale. Les vôtres tiennent le rôle de témoins en attendant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Thérèse, je ne suis pas le seul à avoir fait des photos. Des centaines pour ne pas dire des milliers d'Orléanais sont venus comme au spectacle ! Faut-il accuser un manque de précautions ?

      Supprimer
  7. Un triste spectacle qui aurait pu engendrer l'horreur, c'est toujours émouvant de voir le monde qui s'écroule comme un château de carte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, un seul blessé léger malgré la présence sur le chantier de plusieurs ouvriers dont un resté coincé (et protégé) par l'engin qu'il conduisait, au pied même de la maison... et qui a eu la vie sauve grâce à lui.

      Supprimer
  8. La lucarne émergeant des gravats me fait penser à une niche à chien et à l'expression "la cabane sur le chien, le chien sur la cabane
    ", employée dans ce genre de circonstances par mon époux (originaire de la Brie) et signifiant, tout sens dessus dessous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Tilia, le chien assis, le nez dans le caniveau !

      Supprimer
  9. Ce n'était pas prévu cet effondrement? Il faudrait tout détruire et rebâtir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Marithé, non, un imprévu et de taille. Il ne reste que peu de chose de la bâtisse, pas même la façade ! Reconstruction obligée, sans doute selon la façade originale.

      Supprimer
  10. Fragilité de ces maisons qui ont pourtant traversé les siècles, quel dommage ! Sera-t-il possible de reconstruire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Françoise Dumon, ces maisons ne sont pas si fragiles que ça. Celle-ci a été complètement dégarnie de ses différents planchers et poutres afférentes, coincée (maintenue) entre ses voisines. Dès ce "nettoyage " terminé, la toiture a été refaite. peut-être prématurément. Son poids n'a-t-il pas fait basculer dans la rue ce qui restait des murs? Une simple hypothèse de ma part.

      Supprimer
  11. La ville bouge
    et se révolte
    sous les gravats
    la plage
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Mémoire du silence, tout à refaire, reprendre la copie, le passé à reconsidérer.

      Supprimer
  12. Et crac badaboum!! Voilà ce que c'est de relever ses jupons coquinement sur ton dernier billet ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Arlettart, et cependant, frou-frou, la voisine ne relevait pas ses jupons bien haut !

      Supprimer
  13. Il faut avoir le courage de tout regarder au risque d'en être perturbé, est-ce là une façon de prendre conscience de la fragilité de notre monde et de ses imperfections, des risques que nous encourons mais heureusement au bout de la rue il y a le fleuve cette Loire majestueuse et si belle dans ses habits de lumière sous le ciel d'hiver, il me tarde de la revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, au bout de la rue de l'Empereur, à quelques encablures, le quai et la Loire. Le fleuve en a vu bien d'autre et parions que la maison finira par se relever...

      Supprimer
  14. La maison s'est écroulée.
    Envie de la voisine que faisait de la plastique?
    C'est dommage, le passé s'en va, ne reste que dans tes fotos, cher Pierre.
    Une douleur au coeur.
    Une bonne querelle pour mes amis, les avocats.
    ------------------------------------------
    Pierre,
    avant de m'écrouler je vais connaître la Loire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Neyde, j'en suis heureux pour toi, depuis le temps que nous en parlons de la Loire et que j'aguiche avec elle. Notre fleuve royal !

      Supprimer
  15. « Vedi Napoli e poi muori » Stendhal pensait qu'il fallait au moins voir Naples avant de mourir, Neyde sincèrement la Loire mériterait bien un tel langage, il n'y a de fleuve plus beau, plus étrange, plus charmeur, plus romantique, plus varié, plus "coquette" et pourtant sauvage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Monique, nul doute qu'après ton beau commentaire, Neyde n'accélère le bouclage de ses bagages. Mais après cela, il faut lui souhaiter une longue vie et bien d'autres voyages. Stendhal a connu Naples et a vécu de longues années après.

      Supprimer
    2. Monique, tes mots ne font que me laisser plus heureuse de connaître la Loire. Ni plus curieuse.
      Dommage, je ne vais pas connaître Orléans.
      Mais, je vais connaître la Loire, je ne vais pas mourir et je retourne, fascinée pour les images de Pierre et ses belles histoires, pour connaître Orléans et faire les pas de mon père.

      Supprimer
  16. Stupeur et tremblements !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Thierry, et tout le tremblement sauf qu'ici c'est sans tambours ni trompettes que la maison (du moins ce qu'il en restait, c'est-à-dire peu de choses) a chu.

      Supprimer
  17. Réponses
    1. > JEA, du moins une poutre et, quelle poutre, a tenu le choc ! Une maîtresse poutre, historique.

      Supprimer
  18. Les souvenirs ne suffisent pas à supporter un toit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > Nicole, la preuve par neuf en est ici donnée. Les souvenirs bâtis sur le sable s'effacent un peu à chaque marée. À chaque révolution.

      Supprimer
  19. Elle bouge certes...comme un tremblement de terre

    RépondreSupprimer
  20. Comme s'écroulent nous oeuvres pour mieux les reconstruire. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  21. Ce genre d'image m'émeut toujours beaucoup. Très belle.

    RépondreSupprimer